Contact
Récits & Photos
Le Projet
La famille
La Famille Poos autour du monde, en camping car
Côté Pratique
Australie, second mois sur place, suite et fin

Contact & Merci

Récits & Photos

Le Projet

Là c'est nous

Accueil

Côté pratique

LA SUITE

Cliquez sur les photos pour les agrandir

Nous sommes toujours dans le sud de l’Australie. A Mont Gambier, nous découvrons sur notre route un lac tout bleu, comme si il y a avait du colorant dedans. Cela semble totalement artificiel, et il n’y a pas d’explication logique à donner sur l’origine de cette couleur… Les australiens sont fans de sports et leurs sports préférés sont le football (australien, pas le soccer), le cricket et le bowling. Grosse déception pour Pascal, ils se moquent du Rugby, incroyable ! Dans cette ville, nous nous attardons pour observer 2 de ces sports nationaux. Des joueurs de boules (et non pas la pétanque, mais le bowling) nous expliquent les règles de leur sport. Bon, pas de grosses différences par rapport à ce que l’on connaît si ce n’est que les boules ne sont pas rondes, mais plutôt ovales. Ils jouent sur de la moquette et avec une tenue réglementaire des plus chics. Après nous examinons une partie de cricket, et là personne pour nous enseigner. Pascal tente de trouver des rapprochements par rapport au base ball mais se résigne : on n’y comprend rien. Les règles seront peut-être pour une autre fois.

Nous en profitons aussi pour enfin prendre une photo de magasins typiquement australiens. Nous connaissions les restaurations rapides avec vente emportée au volant, mais pas les Bottles Shop ou liquor drive. Pour les non anglophones, le principe est que vous pouvez directement rentrer avec votre véhicule dans la boutique et vous pouvez acheter de l’alcool sans descendre de voiture. Les packs de bières ou bouteilles sont stockés au frais dans des frigos ou carrément des chambres froides. Bientôt en France ? Une des enseignes préférées de Pascal est « Thirsty Camel » (le chameau assoiffé).

Notre prochain arrêt est la ville d’Adelaïde où nous faisons réparer et consolider la soute du camping-car qui a été sérieusement touchée lors de son transfert par cargo. La chaleur est toujours là et c’est souvent que les températures atteignent 40°C.

De là, nous gagnons via Port Augusta, Port Lincoln où nous avons rendez-vous avec une famille de voyageurs français qui nous ont contactés il y a 2 mois par mail. C’est la famille Motte avec un e à la fin, mais on peut dire aussi Motté, pas vrai Alex ? Ils ont 3 enfants Chloé et Gaspard 11 ans et Hugo 8 ans. Tout de suite, c’est la bonne entente entre adultes et enfants. Nos enfants sont ravis de pouvoir parler, jouer et travailler en français. Nous avons fait un détour par Port Lincoln afin de participer à la fête du thon. En Australie, il y a la très renommée fête du thon et le lancer du thon. Nous les adultes prenons notre thon (15kg pour les femmes et 20 pour les hommes) et essayons de le lancer le plus loin possible. Pascal se débrouille bien avec un lancer de plus de 9m mais les Australiens doivent avoir ça dans le sang car il n’est même pas qualifié. Quant aux enfants, c’est un vrai thon congelé qu’ils lancent.

Tout au long de ces 4 jours il y a d’autres activités mais nous ne les ferons pas toutes, notamment le lancer de crevettes et celui qui consiste à décortiquer et à manger une crevette avec une seule main. On en marre de se ridiculiser ! Nous faisons le roulé du tonneau en rallye de 4. Les enfants font le concours du manger de pastèques sans les mains et celui de la poutre huilée. Il s’agit d’avancer à califourchon sur une poutre soigneusement huilée au-dessus de l’océan. Et plouf au bout de 5 secondes Marion est à l’eau. Mais Chloé, Gaspard et Julie terminent en finale et gagnent 10$. Ils sont même pris en photo pour le journal. C’était une fête très australienne et bien familiale.

Après Port Lincoln, toujours avec la famille Motte, nous nous rendons au Flinders Ranges, un parc national magnifique à 500km de là. Après une randonnée de 2h30 très chaude malgré un départ à 16h, nous décidons pour la suivante de partir à 5h30 du matin. Les enfants sont motivés par ce lever dans la nuit et ce départ avec les lampes frontales. Nous crapahutons pendant 1h et demie, nos efforts sont récompensés par le panorama avec lever de soleil et le café chaud.

Nous quittons nos nouveaux amis français et prenons la piste afin de ne pas repasser par Port Augusta pour monter vers le centre. Nous sommes en plein outback, désert. Un arrêt dans le plus petit hameau d’Australie, William Creek, nous permet de rencontrer 2 des ses 4 habitants (et encore les 2 autres sont en vacances). Nous déjeunons au pub, restaurant, hôtel, garage, station essence et dégustons des « pies » (tarte) au kangourou et à l’émeu. Depuis l’Amérique du sud, nous n’avions pas vraiment refait de pistes et Dédé souffre de 500km de plus ou moins bonne piste. Nous passons les tôles ondulées à 70-80km/h mais les pierres giclent sous le châssis et à l’arrivée, Pascal doit reconsolider la porte, rattacher les fils électriques qui pendent et nous devons nettoyer à fond la soute où Romain dort, couverte de poussière.

Nous poussons un ouf de soulagement quand nous atteignons le macadam à Coober Pedy, la capitale mondiale de l’opale. Ici, la température peut avoisiner les 50°C en été, c’est pourquoi plus de la moitié de la population vit sous terre. Nous nous empressons de gagner le camping afin de pouvoir nous rafraichir dans la piscine. Nous visitons 2 églises, un bar, des boutiques, tous sous la terre ou creusés dans la roche. Passage obligé par une mine et photos de quelques champs où s’entassent les débris extraits. C’est impressionnant le nombre mais cela s’explique quand on sait qu’il y a 250 000 puits de mine en ville et aux alentours et que les mines sont toujours actives même si la production a diminué depuis 5 ans.

Nous admirons ensuite les paysages des Breakaways, une région dont les formations rocheuses ocres, jaunes, orange… ont servi de décors à plusieurs films dont Mad Max III et Priscilla folle du désert. Nous photographions aussi la clôture anti dingo, réalisée afin d’empêcher ces chiens sauvages de s’attaquer au bétail. La clôture est longue de plus de 5000km et couvre 3 états. Elle continue de servir et d'être entretenue.

700Km plus loin, après quelques road train de rencontrés (ces énormes camions-trains de 3 ou 4 remorques peuvent atteindre une dimension de 55m), nous sommes aux environs de Uluru. Notre première visite sera pour les Monts Olga beaucoup moins connus qu’Uluru mais tout aussi jolis. Nous faisons de courtes promenades, les autres étant interdites pour cause de températures trop élevées. Ce qui extraordinaire, ce sont les changements de couleurs de ces monts en fonction de la position du soleil. Nous assisterons avec beaucoup d’autres touristes au coucher de soleil sur ces monts.

Le lendemain c’est le lever de soleil sur Uluru puis le tour de sa base dès 8h. 11km, et c’est tout ruisselants et tout rouges que nous rentrons dans Dédé, entassés à 5 près de la clim. Nous avons repéré des formes sur les parois d’Uluru, un éléphant, une baleine, un crâne ou encore un lion. Et malgré la fatigue du réveil à 5h, la chaleur épouvantable, et ces satanées mouches, nous ne nous lassons pas de regarder ce gros monolithe changer de couleurs suivants les différents moments de la journée.