Contact
Récits & Photos
Le Projet
La famille
La Famille Poos autour du monde, en camping car
Côté Pratique

Contact & Merci

Récits & Photos

Le Projet

Là c'est nous

Accueil

Côté pratique

Nous arrivons en dépaysement total. Tout d’abord à l’aéroport Pascal tire de l’argent au distributeur afin de payer les visas. Mais 200 000 roupies ne sont pas suffisantes alors il y retourne pour 1,3 million. Il va falloir apprendre à jongler avec les 0 car 1 euro correspond à 12 000 roupies. Nous sommes accueillis par une couronne de fleurs. Notre chauffeur nous attend pour nous emmener à l’hôtel et il doit se faufiler entre les scooters qui, sur cette île, représentent le moyen de locomotion le plus pratique. Mais même à 22h, la circulation est intense.

Le lendemain, nous partons vers notre hôtel tout compris à Nusa Dua dans le sud de l’île à bord d’un taxi qui joue du piano entre l’accélérateur et le frein. Pas très cool. Nous y avons réservé 8 jours que nous passons à nous régaler et à faire un maximum de sports (tennis, tir à l’arc, badminton, planche à voile et évidemment pétanque, un petit air provençal ne fait pas de mal). Pascale et Marion font connaissance avec le massage balinais et apprécient vraiment ce moment de détente.

Vers la fin de ce séjour, nous avons la chance d’être plongés dans la culture balinaise. Le 13 mars, nous assistons, assis parmi les balinais, à la cérémonie de purification. Elle a lieu une fois par an sur la plage. Des centaines de balinais venus des 2 villages les plus proches sont vêtus de la tenue traditionnelle blanche : un sarong (genre paréo) et une chemise. Ils sont assis côté à côté à l’ombre et devant les 2 autels dressés face à la mer. Au bout de quelques heures, la procession arrive. Elle amène les offrandes, dont un canard et un cochon vivants, qui sont déposées sur les autels. Alors ont lieu les danses, les prières, les chants, le tout au son de la musique traditionnelle. C’est magique pour nous d’assister à un tel évènement. Les balinais sont d’une gentillesse extrême, nous acceptant avec eux au cours de l’évènement, nous parlant, nous permettant de les prendre en photo avec le sourire. Pour venir, nous avons revêtu cependant un sarong. Vers la fin de la cérémonie, les prêtres purifient la foule à l’aide d’eau et de riz qui est déposé sur le front et le cou des croyants. Un bateau part ensuite avec des offrandes qui seront offertes aux Dieux en pleine mer ainsi que le cochon et le canard qui seront tués auparavant.

La procession repart 3 heures après vers le temple avec leurs offrandes.

Le lendemain, nous partons en excursion en compagnie de Nadja et Michael, un couple de français avec lequel nous avons sympathisé. Nous nous promenons avec un balinais qui proposait ses services de chauffeur sur la plage. Nous visitons quelques villages réputés pour leur artisanat (Mas pour le bois et Celuk pour l’argent). Nous découvrons différents types de bois dont les 2 sortes de bois d’ibiscus, 2 couleurs selon la couleur des fleurs et le bois de crocodile. La visite se poursuit par un temple, puis par le lac Batur et le volcan du même nom.

Nous redescendons en nous arrêtant à la forêt des singes. Sans y pénétrer, nous pouvons voir des dizaines de singes dont un bébé de quelques jours. Un traverse la route, chaparde des pinces à linge à la boutique voisine et regrimpe dans son arbre pour ouvrir sa trouvaille, le tout en moins de 10 secondes. La ville d’Ubud nous semble un peu trop touristique, surtout pour Pascal qui n’est pas si friand de fouiner dans son immense marché artisanal. Il préfère parcourir le temple.

Cliquez sur les photos pour les agrandir

Notre route continue dans les rizières. Nous faisons une pause pour voir de plus près comment pousse le riz et à quoi cela ressemble vraiment. Nous arrivons au fameux temple de Tanah-Lot dont une partie devient une île à marée haute et voyons le soleil se coucher sur la mer. Ce temple est extraordinaire, nous n’avons pas assez de temps pour en faire le tour car il fait nuit mais c’est aussi l’endroit le plus touristique. Des centaines de personnes s’y pressent pour le coucher du soleil.

Nous photographons lors de notre passage dans les villages, les nombreux Ogoh-Ogoh en préparation pour la fête du lendemain. Ce sont des géants de papier et de bambou représentant des démons griffus aux canines démesurées, des loups-garous, des dinosaures…

En effet, Bali s’apprête à fêter la nouvelle année du calendrier « Saka » dont la date correspond chaque année à l’équinoxe.

Le lundi 15 mars, nous assistons à la parade des Ogoh-Ogoh. Nous avons réservé des billets sur l’estrade pour le public (essentiellement des touristes, il faut le dire). Bien nous en a pris, car le foule se presse en contre-bas, ce sont des milliers de balinais qui sont là sur plusieurs mètres. Et quand on est à 4-5m de la parade, on ne voit rien. Après avoir attendu 1h, les Ogoh-Ogoh arrivent les uns derrière les autres, portés pour les plus grands par une vingtaine de villageois. Chaque village construit ses Ogoh-Ogoh. Il y en a même des petits portés par les enfants qui affichent un grand sourire de fierté. Le tout est accompagné de danses, de musiques. Le but du défilé est de faire le plus de bruit, d’effrayer ainsi les mauvais esprits qui rôdent sur l’île et de les en chasser.

Le lendemain c’est le jour du Nyepi, le jour du silence, C’est une journée de repos absolu et de méditation. On ne doit pas sortir de l’hôtel, ni aller sur la plage, personne dans les rues, tout est fermé même l’aéroport. On ne doit allumer aucune lumière, ni faire de feu. Le soir, notre hôtel vérifie que les rideaux sont bien tirés dans toutes les chambres pour que les lumières ne diffusent pas. Même les fenêtres des salles de bain sont calfeutrées de plastiques. Le personnel se déplace à l'aide de lampes torches et il faut avoir mangé avant le coucher du soleil (18h). Dans la croyance, les mauvais esprits ont quitté l’île la veille dans la nuit mais tentent de revenir hanter l’île.  La trouvant vide, ils la délaissent et partent. Les balinais entament donc l’année de bon pied. Nous profitons de cette journée pour mettre le site à jour sur la partie australienne.

La suite de notre itinéraire nous amène à Amed sur la côte est. Nous y resterons 6 jours, la quiétude ce village nous plaisant. Nous nous baignons beaucoup, admirant les coraux et la multitude de poissons tropicaux de toutes les couleurs et de toutes les formes. Nous allons aussi explorer à 15min de là avec nos masques et tubas le Liberty, un navire qui a coulé et dont l’épave est couverte de coraux. Le temps est toujours aussi chaud, environ 30-35°C.

Nous entraînons les enfants une journée en excursion au temple de Besakih et à l’ancienne ville royale Klungkung. Notre chauffeur Agus nous arrête afin de nous montrer un plant de cacahuètes, ce que nous n’avions jamais vu.

Le jour de notre départ vers Kuta, la ville la plus proche de l’aéroport, Agus nous invite chez lui, nous présente sa famille et nous offre café et thé. Les enfants peuvent constater la différence de conditions de vie mais les enfants balinais sont tout sourire et sont extrêmement contents qu’on les prenne en photo.

Après la 1ère nuit à Kuta, Pascal est tout fiévreux. Il passe une journée couché tandis que nous allons négocier nos derniers achats et sauter dans les vagues. Il se sent cependant suffisamment bien pour que nous prenions l’avion pour Singapour. Il mettra plus d’une semaine à ne plus avoir de fièvre ni de démangeaison. Pascale suspecte une "petite" dengue qui est traitée par du paracétamol et du repos mais rien de prouvé.

Nous passerons 4 jours à Singapour en attendant notre Dédé, et après, cap au Nord, vers la Malaisie. Mais ce sera pour plus tard.

GALERIE PHOTO