Contact
Récits & Photos
Le Projet
La famille
La Famille Poos autour du monde, en camping car
Côté Pratique


Contact & Merci

Récits & Photos

Le Projet

Là c'est nous

Accueil

Côté pratique

Nous voici maintenant au Chili avec un passage de la frontière sans difficulté si ce n’est que le douanier ne voulait pas nous tamponner notre carnet de passage en douane car il ne connaissait pas. Après que Pascal ait râlé, bloquant l’unique file qui passait de une personne à une vingtaine, il a décidé d’appeler son chef : le chef connaissait, forcément, le douanier pas, car cela ne faisait que 5 mois qu’il était en poste.

Notre première ville au Chili : Arica et nous trouvons enfin un duplicateur pour les écouteurs afin que les enfants puissent écouter tous les 3 ensemble un film sur l’ordinateur. Nous profitons ensuite des belles plages malgré que le temps ne soit pas au bleu fixe. Romain et Julie réussissent à mouiller leurs vêtements qui sèchent ensuite difficilement. Nous allons vers San Pedro de Atacama et nous arrêtons en chemin pour bivouaquer au géant de Atacama le long d’une superbe dune éclairée par le coucher du soleil. Pascal et Julie s’éclatent au cerf-volant en haut de la dune.

Arica - Iquique

Autour de San Pedro de Atacama

Nous laissons Serge et Christiane : la prochaine fois qu’on se verra, ce sera en Provence au Pradet. Nous continuons notre descente vers Santiago, alternant rien à voir avec ciel gris près de l’océan et franchement triste. Notre passage à Vicuña (où nous retrouvons soleil et chaleur) pour aller voir un observatoire tenu par un astrophysicien français Eric sera bref car c’est la pleine lune et donc pas le bon moment pour voir le ciel. On ne peut pas se permettre d’attendre une semaine, tant pis !!


Quelques jours encore sur l’océan Pacifique où nous fêtons nos 20 ans de vie commune mais le ciel est toujours gris sous l’influence de l’océan  et nous décidons de bifurquer vers l’Argentine en s’arrêtant à la première station de ski andine présente. La première station côté Chili tenue exclusivement par un hôtel nous annonce un prix exorbitant de 280€ (forfait + locations) la journée et un temps gris et neigeux: ils sont fous ces chiliens, le forfait est à 42€, il y a tout juste 20 pistes ridiculement petites. Nous passons en Argentine. On en trouvera bien là bas des moins chères, et puis en Argentine, ils ont de la bonne viande et cela nous manque…




LES GALERIES PHOTOS

De retour sur le village de San Pedro de Atacama, après une nuit tranquille sur la place, nous entendons toquer de bon matin à notre porte : c’est Serge Herviou qui est au camping avec Christiane. Quelle heureuse surprise, nous les pensions à des milliers de kms d’ici. Nous partons ensemble vers le salar d’Atacama et plus précisément à la laguna de Chaxa à 70km voir les flamants roses. Le salar ne ressemble en rien à celui d’Uyuni, à notre grande surprise. Il y a des lagunes partout, alors que c’est selon les dires le désert le plus aride au monde. L’an dernier, les pluies n’ont représenté que 25mm d’eau. En fait, l’eau de pluie et la neige des volcans aux alentours s’infiltrent par le sous-sol et descend en-dessous le salar, puis elle s’évapore laissant apparaître les lagunes.

A 6h30, avec les -11°C Dédé refuse de nous emmener jusqu’aux geysers si bien que nous faisons du stop aux minibus de touristes pour y descendre. Nous nous attendions à plus spectaculaire mais nous voyons des dizaines et dizaines de fumerolles éclairées par le soleil matinal. Les filles et Pascale remontent dans la benne d’un 4X4. Dédé finit, en étant tiré par une voiture par démarrer à midi (il ne fait que 4°C). Il est bien Provençal lui, il n’aime pas le froid !

De San Pedro de Atacama, nous prenons la direction des Geysers du Tatio. Nous montons pendant des heures trop longues cette piste de tôle ondulée jusqu'à destination, à 4300m. Le site d'El Tatio est le plus grand site de geysers (fumerolles) de l'hémisphère Sud, et le 3è au rang mondial. Ces geysers sont dus aux multiples volcans qui nous entourent et aux rivières souterraines. Les enfants se baignent par un froid glacial dans une piscine alimentée par les geysers pendant que nous gardons bonnets et gants.

Nous visitons ensuite la ville de Humberstone construite en 1850 pour exploiter les mines de salpêtre et qui dès 1960 est devenue une ville fantôme suite à l’arrêt de l’exploitation du salpêtre. Nous nous arrêtons ensuite à la vallée de la Luna qui doit son nom à sa ressemblance à la surface lunaire. Romain se régale d'aller dans les grottes avec sa lampe frontale et Pascal se cogne le front, râle et a hâte de sortir.