Contact
Récits & Photos
Le Projet
La famille
La Famille Poos autour du monde, en camping car
Côté Pratique

Contact & Merci

Récits & Photos

Le Projet

Là c'est nous

Accueil

Côté pratique

LA GALERIE PHOTO

Cliquez sur les photos pour les agrandir

La suite de notre parcours vers le Nord nous fait passer par Luang Prabang. Nous adorons la route qui y mène, montagnes, champs de maïs, rizières, bois entrecoupés de petits villages de maisons sur pilotis en bois et en chaume. Les enfants nous font des coucous. Nous n’arrêtons pas de prendre des photos. Et même si la route est bonne, nous avançons au pas profitant de l’accueil des laotiens et de leurs regards étonnés sur Dédé.

A Luang Prabang, nous montons au Mont Phousi pour avoir un aperçu de la ville : pas moins de 328 marches. Puis, nous allons nous rafraîchir aux cascades Tad Kouang Si et d’admirer les piscines dont on dirait de véritables lagons. Un peu moins de monde serait mieux, mais bon, on est Dimanche et voir les moines faire des saltos dans l'eau, un rêve !!

Au Laos commence la mousson mais cela n’est pas bien gênant : une ou deux averses souvent en fin de journée ou la nuit et puis c’est tout.

Nous continuons notre périple vers le nord. Il fait toujours moins chaud, l’ambiance est plus détendue. Et puis nous nous régalons de rouler. Nous prenons presque une photo du kilomètre, Pascal les paysages et les vieilles dames et Pascale plutôt les enfants : un bébé dans une bassine, une grand-mère, une femme portant un enfant, des fillettes avec un panier en osier sur le dos, une famille se lavant, un simple sourire. Nous avons la chance de croiser des femmes de différentes ethnies, elles ne veulent pas trop qu’on les prenne en photo. Même avec notre « Sabaïdee (bonjour) et notre « Khop Chai » (merci), les 2 seuls mots qu’on connaisse, c’est difficile. Elles font non, se retournent ou même s’enfuient très farouches. Dans ce cas, on n’insiste pas mais avec l’aide des enfants, on finit par en avoir quelque unes. Pas assez à notre goût car elles sont si jolies.

Sur le parking il y a plein de petites échoppes dont une tenue par une vieille femme vêtue de l’habit traditionnel Hmong. Nous passons la nuit sur ce parking.

Pascale propose à deux jeunes femmes akha de monter dans le camping-car mais elles sont timides et ne s’approchent pas. Un bivouac sur une piste nous permet de les voir passer à la tombée de la nuit et le matin à partir de 6h.

En fait, nous sommes tous (sauf Romain) réveillés de bonne heure : quand ce n’est pas le coq, nous avons le droit au cri du cochon, aux cloches des temples ou encore aux villageois qui passent pour aller travailler. Le jour se lève vers 5h30. Nous avons eu même à Luang Prabang des français arrêtés à 6h15 sous notre fenêtre et clamant bien haut et fort tous les drapeaux affichés sur Dédé : Argentine, Bolivie, Pérou, Chili, etc… Et là, on ne s’est pas levé pour entamer la conversation avec eux. Nous continuons à vadrouiller dans ce nord du Laos jusqu’à Muang Sing nous arrêtant pour prendre en photo des femmes qui viennent pour nous d’un autre monde.

Une promenade en vélo à travers les rizières nous permet d’admirer la tribu lanten, tout de bleu vêtue avec une espèce de cravate en laine blanche.

Ici au Laos, nous sommes en pleine économie : le supermarché n’existe pas. Nous n’achetons pas de viande, celle du marché avec les mouches cela ne nous tente pas trop. Nous finissons les derniers jours au Laos en mangeant tous les soirs des pâtes, d’abord avec du beurre puis sans beurre. Enfin, Pascale achète des légumes pour agrémenter les pâtes. Par contre, nous mangeons au moins une fois par jour au restaurant : notre plat préféré, surtout celui de Julie, est le « fried rice » le riz frit sous toutes ses formes. Et un repas pour nous 5, cela nous revient entre 5 et 8€ . C'est pas cher et nous avons à chaque fois la panse bien pleine. Et puis les fruits sont délicieux. On trouve aussi du pain et même parfois du très bon comme à Oudomxai dans le nord, croustillant et tout chaud, un rêve pour nous.

Le Laos est vraiment un pays que nous avons aimé, avec l’accueil si chaleureux de sa population, et si propre.

Nous repassons la frontière vers la Thaïlande à Houeisay, mettant Dédé sur un ferry pour traverser le Mékong. Au passage, le laotien qui gère les traversées essaie de nous arnaquer, voulant nous faire payer deux fois plus que les autres : pour qui il nous prend ? Désormais, nous mettons cap vers le Triangle d'Or.