Contact
Récits & Photos
Le Projet
La famille
La Famille Poos autour du monde, en camping car
Côté Pratique

Contact & Merci

Récits & Photos

Le Projet

Là c'est nous

Accueil

Côté pratique

Après Uyuni, nous nous dirigeons vers Potosi.

La galerie Photo

Ensuite toujours avec la famille Cousinié nous partons pour le parc de Sajama et son volcan (plus haut sommet du pays avec ses 6540m) Les enfants se sont baignés dans les thermes à 37°C avec une température extérieure avoisinant les 0°C. Il faut dire qu’il était 18h mais le spectacle était magnifique : en face des thermes le volcan enneigé… Le lendemain, après une petite rando jusqu’à 4600m, nous avons remis ça. Un délice surtout quand une petite bière tombe du ciel ! Le parc de Sajama possède aussi une lagune remplie d’oiseaux et de flamants roses. Nous avons essayé d’aller voir les geysers en traversant un gué de plusieurs mètres de longueur et nous avons été très fiers de Dédé, un peu d’encouragements et il patauge bien mais ensuite impossible de continuer, nous nous retrouvons face à une réelle difficulté : un gué très court mais très profond. Plus qu’une chose à faire : demi-tour, sommes pas quand même un tout-terrain. C’est une région que nous avons bien aimée et les Cousinié aussi (oui oui on les a bien aimés, les Cousinié et on fait un petit coucou à la fivete).  On a bien aimé le passage chez les militaires de Patacamaya qui les ont remorqués avec un porte-chars et dépannés. Mais ceci est une longue histoire, que nous commenterons dans un prochain épisode, soyez patients !

Après Potosi, direction Sucre où nous retrouvons la tribu Cousinié. C’est un grand cri de joie pour nos enfants de revoir Quentin 12 ans et Benjamin 8 ans. Visite de la ville, du musée d’art indigène puis au Parque Cretario le Jurassic Park des enfants.

Ce qui restera à nos mémoires de la ville : l’altitude de la ville (c’est la ville de 100.000 habitants la plus haute du monde, à 4090 m), la pente des rues, le bruit infernal des klaxons des voitures, le centre ville très sympathique, et surtout, la visite de la mine. Pour visiter cette mine, on revêt tous bottes, combinaison, casque, lampe frontale. Le personnel de l’agence touristique par qui nous sommes passés nous fait une démonstration de dynamite ce qui a extrêmement impressionné Romain. Puis nous avons commencé à nous enfoncer dans les mines. Pascal qui était plié en deux (même Julie devait se baisser) a vite fait demi-tour. Nous, nous avons continué au milieu de l’obscurité, pataugeant dans la boue. En conclusion, les conditions de travail des mineurs sont pires que dans Germinal. Il n’y a même pas de chevaux, les mineurs font tout à la main. Certains enfants y travaillent dès l’âge de 12 ans. Les mineurs travaillent à la journée pour un salaire de 50 bol/j. Leur espérance de vie est de 45 ans.