Contact
Récits & Photos
Le Projet
La famille
La Famille Poos autour du monde, en camping car
Côté Pratique
Sumatra, encore

Contact & Merci

Récits & Photos

Le Projet

Là c'est nous

Accueil

Côté pratique

SUITE

Le lendemain, nous reprenons la voiture pour visiter les alentours. Les photos se multiplient pour prendre les toits en forme de cornes de buffle.

Nous marchons un peu parmi les rizières, cacaoyers ou caféiers puis dans la jungle pour aller voir une rafflésia, la plus grande fleur du monde. Elle peut attendre un mètre de diamètre et ne s’ouvre que pendant sept jours.

Puis nous découvrons un étonnant café, le kopi luwak, fait à partir de crottes d’une civette ou chat musqué qui consomme les fruits de caféiers, digère leur pulpe puis « rejette » les grains non digérés mais naturellement fermentés. Les grains sont ensuite ramassés dans la nature, lavés, séchés, torréfiés et un café rarissime en sort. Nous le goûtons et en achetons un tout petit sachet 100g car le prix est exorbitant près de 150€/kg ce qui en fait le café le plus cher au monde.

Pas d'hôtel ou de guesthouse pour les deux soirs qui viennent, tout est plein. C'est donc chez l'habitant que nous dormons. Nous finissons à la vallée d’Harau par un trek de 18km, sous une chaleur étouffante en fin de journée. Heureusement c’est une des rares fois où le chemin est à peu près plat. Au programme, toujours des rizières, des falaises, une grimpette quand même dans la jungle, des cascades rafraichissantes.

 Nous avons aussi la chance de participer à un repas de fête dans un village, en l’honneur de la circoncision d’un jeune garçon de 10 ans. Et oui, ils fêtent ça ! Ce que nous ne saurons pas par contre : qui sont les plus contents, nous de prendre des photos d'eux, ou eux de nous prendre en photo ?

Nous visitons le très populaire Pagaruyung Palace : il y a une foule de touristes et nous sommes encore les seuls européens. Les ados sont encore les cibles, nombreux jeunes et moins jeunes veulent des photos, cela dure tellement qu’au bout de vingt minutes, Pascal dit stop et nous reprenons la route.