Contact
Récits & Photos
Le Projet
La famille
La Famille Poos autour du monde, en camping car
Côté Pratique
Sumatra, la fin

Contact & Merci

Récits & Photos

Le Projet

Là c'est nous

Accueil

Côté pratique

SUITE

Nous reprenons la route pour Padang, plus précisément Bungus, où le ferry nous attend pour prendre la direction de l’île de Siberut où se trouve la tribu des Mentawai, les hommes fleurs. Le ferry, on s’était dit que c’est bien, une nuit d’hôtel en moins, on voyage pendant que l’on dort, parfait mais la cabine VIP pour 10€ n’est pas une cabine pour nous uniquement avec couchettes douillettes, clim… non, on se retrouve dans le dortoir VIP à environ cinquante personnes avec une clim qui ne marche pas (plus de 30 degrés) des bébés qui hurlent toute la nuit, de gens qui entrent et sortent, la lumière, et pour Nicolas et Pascal une couchette de 1m80 de long et de 80cm de large où on doit en plus mettre nos sacs à dos. Bref vous imaginez la nuit et pour clore le tout, le ferry censé arriver à 6h du matin s’arrête sur une autre île et nous arrivons à 13h30, juste 7h30 de retard.

Bref on est arrivé, on monte dans une camionnette et allons à la maison de notre guide Mentawai, Agus puis nous voici sur une pirogue remontant la rivière. On se croit déjà au bout du monde.

 Au bout d’une heure, notre famille Mentawai nous attend et nous entraine jusque leur maison, la UMA, par un sentier où nous devons jongler entre la boue et les racines, faire l’équilibriste sur les arbres plus ou moins glissants et traverser les rivières en essayant sans succès de ne pas mouiller nos chaussures. Nous arrivons tout boueux mais la rencontre avec Cookie et son frère nous laisse sans voix, comme sur les photos, vrai de vrai, d’authentiques Mentawai, en pagne et tatoués de partout.

On ne connait pas leur âge, mais 78 ans iraient bien à Cookie. Don et Agust nous préparent à manger au feu de bois et après avoir papoté avec Cookie (Hello, tout est bon dans le cochon, fatigué..), nous nous couchons à même le sol sur des minces matelas sous des moustiquaires, sur le plancher au-dessus des cochons et des poules. Le réveil se fait au chant du coq. Don nous prépare d’excellents pancakes, au feu de bois !

Puis Cookie nous emmène préparer les pagnes, tel que lui en porte, à partir de l’écorce d’un arbre. Puis il nous montre comment couper le sagou, un arbre qui nourrit à la fois les poules et cochons mais préparé différemment aussi les hommes.

Quelle force chez ce petit homme, Pascal a eu peur de lui casser le dos quand il lui a mis le morceau de sagou dessus. Cela dit, en temps normal, il n’a besoin de personne pour le faire !

Et puis le grand moment est arrivé, nous arrivons près d’un tronc de sagou qui est mort et Cookie en extrait les vers de sagou qui sont à déguster. Nous regardons Agust et des enfants manger les premiers puis Pascale se lance avec Julie, puis Pascal : pas si mauvais on dirait du chewing-gum. C’était le challenge des vacances, qui le ferait et qui ne le ferait pas ! Nicolas quant à lui il ne s’y résout pas, malgré son look d’aventurier avec le chapeau d’Australie de Pascal. Comme il y a beaucoup de vers de sagou dans un tronc, Agust nous en prépare une brochette qu’il fera griller au feu de bois pour que nous la dégustions. Différent, les vers ne sont plus vivants mais on préfère quand même les saucisses grillées, n'est-ce pas Nadège !

Julie et Nicolas décident de se faire tatouer, la première à la cheville, le second au poignet. Pascale n’est pas très rassurée quant à aux moyens utilisés et aux conditions d'hygiène. Tous les deux choisiront le symbole du soleil mentawai.

Pascale et Julie partent avec une femme vêtues d’un pagne en feuilles de bananier (elles préfèrent se couvrir la poitrine) pour aller pêcher les crevettes et les écrevisses dans la rivière. Celle-ci est nettement meilleure que nous pour pêcher, Pascale ne ramène qu’une crevette dans son filet mais Romain qui s’y essaie en pêche trois. Aucune écrevisse pour nous. Au retour, nous ne voyons pas la couleur de la pêche qui finit dans la bouche des Mentawai écrevisses comprises. Dommage !

Pour cette dernière matinée, Cookie nous montre comment fabriquer le poison qui imbibe les flèches lors de la chasse. Il suffit de récupérer l’écorce d’un arbre, une racine, du gingembre et d’y d’ajouter du chili : le jus qui ressort de ce mélange pressé est simplement mortel. Puis nous fait une démonstration de tir, impressionnant !

L’heure est venue de partir, nous avons passé 3 jours 2 nuits dans la uma de Cookie et ce fut un réel plaisir. Nous disons au revoir à tout le monde et entamons notre marche retour dans la boue. Cette fois-ci, à l’exception de Pascale, tout le monde marche pieds nus, Pascal s’enlisant joliment, boue jusqu’au genou.