l'Utah et petit retour au Colorado

Après le Colorado, nous rentrons en Utah. Les paysages changent encore, le climat commence à être plus aride et chaud. Notre premier bivouac est tout simplement magique, la vue est sublime sur les rochers qui passent de l’orange au rouge en fonction du coucher du soleil.
Rodeo
Nous allons inaugurer cet état avec le Parc National des Arches. Le premier jour, nous faisons la grande boucle, le chemin primitif à partir du parking de Devil Garden pour admirer toutes les arches (Pine Tree Arch, Tunnel Arch, Private Arch, Dark Angel, Double O Arch, Navajo Arch, Partition Arch et Landscape Arch). C’est plus de 12 kilomètres que nous marchons, sous une bonne température. Quand nous rejoignons Dédé à l’arrivée, le thermomètre annonce 43,8 degrés, à l’ombre bien entendu. Le lendemain, le lever est toujours tôt, vers 5h30 pour admirer la plus belle des arches, Delicate Arch, majestueuse avec à ses pieds un amphithéâtre. En deux jours, nous aurons vu toutes les arches.
Sur ce parc, il n’y a pas que des arches, quoique deux mille quand même. Elles sont formées par l’eau, la glace, les températures extrêmes et les mouvements du banc de sel souterrain. Il y a également de nombreuses formes rocheuses et certaines possèdent des noms : Tour de Babel, Butte de l’Eléphant, Parade des Eléphants, le Tribunal. On s’est amusé à trouver des noms à d’autres : on a évoqué le singe, le naja ou lapin, le singe, le moaï, des statuts, des palais…. Il y a même Néfertiti.
Nous avons adoré ce parc mais on doit se répéter en disant cela. En fait, depuis que nous y sommes, on adore les Etats-Unis.
L’Utah est riche en parcs, nationaux ou d’état. On enchaine avec le Canyonlands National Park plus à l’ouest. Il y a trois parties dans le parc national : Island in the Sky, Needles (aiguilles), et the Maze. Nous allons d’ores et déjà mettre une croix sur cette dernière partie : il faut un véhicule tout terrain, des autorisations voire un guide pour s’aventurer là-bas. Nous allons commencer par Island in the Sky, la partie la plus proche des Arches. Et là, on prend une claque dès l’entrée du parc : ouah … Quel point de vue, on est scotché.
En progressant dans le parc, on tombe sur la Mesa Arch. Elle est superbe car sous son arche, un majestueux panorama se dessine. 
Sûrement parce que nous sommes un peu des malades, on se fait un petit aller-retour pour aller voir un point de vue. Ça n’est pas grande chose, peut-être 3-4 kilomètres, mais il fait une chaleur !!! Pascale part même avec son parapluie comme ombrelle. 
En sortant du Parc de Canyonlands, nous faisons un tout petit détour, pour aller voir le célèbre point de vue dans le State Park du Dead Horse Point : on y voit les méandres de la rivière Colorado.

Nous reprenons la route pour nous rendre dans la partie des Needles du PN des Canyonlands, partie dont l’entrée est beaucoup plus au Sud. Nous bivouaquons juste à l’entrée du parc, en pleine nature : le paysage est époustouflant. En bons marseillais, avant le pastis du soir, on se fait une partie de pétanque sur le site.

 Nous avions prévu de faire la rando qui s’appelle Chesler Park, juste 17,4 kms pour 5-6 heures annoncées. A croire qu’on aime ça, se lever de bonne heure, marcher pendant des heures et souffrir de la température : on a rallongé en se trompant. 22 kms dans les jambes, de 7h30 à 16h30 sous un soleil de plomb. Au final, on en a eu plein les yeux, et les pattes aussi.
C’en est fini de l’Utah, pour cette année du moins. Nous avons plein de parcs à faire, dans la partie plus à l’ouest, mais il est prévu de les faire au printemps prochain, quand nous remonterons vers l’Alaska.
Nous repartons vers le Colorado pour visiter le Parc National de Mesa Verde. Nous sommes mitigés, est-ce que ça mérite le détour ou pas ? Ce n’est pas un parc avec spécialement de beaux paysages, mais plutôt des vestiges de civilisations disparues. On se dit qu’après tout, nous sommes dans les temps et qu’un peu d’histoire ne nous fera pas de mal.
Le Mesa Verde National Park a été créé en 1906 pour préserver les vestiges archéologiques des Anasazis, mot signifiant les ancêtres dans le vocabulaire navajo. Les habitants y vivaient entre 550 et 1200. Nous y voyons plusieurs villages semi-troglodytiques avec pour certains, pas moins d’une centaine de pièces pouvant accueillir tout autant de personnes. Nous y voyons les kivas, pièces circulaires qui servaient de chambre de cérémonie mais aussi de retraite, de réunion. Les vestiges témoignent d'une maîtrise de techniques de céramique, de tissage, d'irrigation comme nos rangers et les panneaux explicatifs nous le montrent. On sait peu de choses sur cette civilisation et la raison pour laquelle ils ont disparu reste inconnue : maladie, guerre, famine…

Finalement, on n’est pas déçu d’avoir visité ce parc car nous avons le temps. Maintenant, on ne le conseillerait pas plus que ça pour des personnes qui seraient dans un timing plus serré.
Allez, c’est terminé pour le Colorado, cap au sud vers le Nouveau Mexique !